Cannes, 9 mai 2018 (SIGNIS/INTERFILM). Aujourd’hui marque le coup d’envoi de la 71ème édition du festival de Cannes, l’un des évènements les plus importants pour le monde du cinéma. Présent à Cannes depuis 1974, le Jury œcuménique, composé par des membres de SIGNIS et d’INTERFILM, est invité par le Festival à remettre un prix à un film de la compétition officielle.

Les deux organisations nomment un jury composé de six membres, issus de cultures et de pays différents. Ces jurés, renouvelés chaque année, sont compétents dans le domaine du cinéma comme journalistes, critiques, théologiens, chercheurs, enseignants... Ils sont membres de l’une des Églises chrétiennes et sont ouverts au dialogue interreligieux.

Pour en savoir plus sur leurs activités lors du festival, rendez-vous sur le site officiel, la page Facebook ou le compte Twitter du Jury œcuménique.

Cette année, les six membres du jury sont :

Alain le Goanvic, France : Diplômé de l’École supérieure de Commerce et cinéphile passionné, Alain le Goanvic a créé plusieurs ciné-clubs et lancé en 2007 à Vitrolles (France), un festival « Cinéma et Aviation ». Membre de Pro-Fil depuis 2000, il en a été le Président de 2010 à 2014, et demeure membre du comité de rédaction de Vu de Pro-Fil, et rédacteur sur les sites de Pro-Fil et du Jury œcuménique du festival de Cannes. A été juré à Mannheim-Heidelberg en 2004 et 2014, membre du jury des « Très courts métrages » à La Rochelle et du Jury interreligieux au Festival Visions du Réel à Nyon en 2012.

Inês Mendes Gil, Portugal : Inês Mendes Gil enseigne le cinéma à l’Université lusophone de Lisbonne. Elle a publié sa thèse de doctorat en 2005 sur le thème « L’Atmosphère Cinématographique ». Elle est réalisatrice de documentaires et d’installations vidéo, souvent en rapport avec le spirituel et le sacré. Terre Promise est son dernier film, un court métrage de fiction qui interprète le mythe de la relation entre Narcisse et Echo. Elle participe régulièrement aux jurys SIGNIS et œcuméniques dans le monde entier.

Robert K. Johnston, Etats-Unis : Robert K. Johnston est professeur de théologie et de culture au Séminaire théologique Fuller à Passadena (Californie) et co-directeur de l’Institut du Fuller’s Reel Spirituality. Il est l’auteur ou l’éditeur d’une quinzaine de livres et également le co-éditeur des collections Engaging Culture and Exegeting Culture auprès de Baker Academic Books. Président honoraire de la Société américaine de théologie et bénéficiaire de deux bourses de recherche majeures de la Fondation Luce, Robert Johnston est un ministre de l’Evangelical Covenant Church. Membre du jury œcuménique à Locarno en 2017.

Richard Leonard, Australie : Richard Leonard, jésuite, est diplômé en arts de l’éducation et en théologie. Il a obtenu un doctorat en études du cinéma à l’Université de Melbourne. Il dirige l’Australian Catholic Office for Film & Broadcasting. Il enseigne régulièrement à l’Université catholique de Melbourne et a été chercheur invité à la School of Theatre, Film and Television de l’Université de Los Angeles, ainsi que professeur invité à l’Université grégorienne pontificale à Rome. Membre de nombreux jurys dans les festivals (Venise, Berlin, Varsovie, Hong Kong, Montréal, Brisbane et Melbourne) et auteur de plusieurs livres sur le cinéma et la foi.

Thomas Schüpbach, Suisse : Né en 1970, Thomas Schüpbach a effectué ses études de théologie protestante aux universités de Bâle et de Vienne, avec l’éthique comme matière principale. Passionné de cinéma, il initia de nombreux jeunes à cet art et à sa lecture. Depuis 1998, il est pasteur dans l’Eglise réformée en Suisse alémanique et a suivi plusieurs sessions de formations continues cinématographiques à Locarno, Francfort, Lübeck et en Islande. Membre de jurys protestants ou œcuméniques dans plusieurs festivals, il a créé un forum de formation pour adultes, incluant régulièrement des projections et des débats de films.

Pierre-Auguste Henry, France : Jeune professionnel des médias et festivalier cannois régulier aux côtés du Jury œcuménique, il est diplômé de l’Essec en 2013 où il fut président du ciné-club. Dans ce cadre, il organise des cycles de projections thématiques en partenariat avec d’autres associations cergypontaines, et distribue en festivals le catalogue de courts-métrages produits par le ciné-club. En 2016, il est juré SIGNIS au festival Lumières d’Afrique de Besançon, puis au Festival du film de Cottbus en 2017.