Oberhausen, 10 mai 2018 (SIGNIS / INTERFILM). Au Festival international du court-métrage d'Oberhausen 2018, le jury œcuménique a décerné son prix au film chinois Magnificent Obsession (de Zhong Su, Chine).

Le Jury a expliqué que Magnificent Obsession, « est une formulation des problèmes politiques et sociaux de notre temps. » Il montre « la relation entre l'individu et la communauté ou la société, et comment l'individu peut vivre dans la réalité de cette dernière. L’œuvre de Zhong Su, placée dans la Chine contemporaine, décrit cela comme le récit de la quête de connaissance et de transcendance d'un individu en affichant la réalité à laquelle il fait face dans un kaléidoscope de trois perspectives synoptiques ». Les jurés ont ajouté : « C'est une œuvre d'art épique. »

Le jury œcuménique a également donné deux mentions spéciales.

La première a été décernée à Erh Hao Chiu Yi (On the waitiling list, de Wu Hung Yi, Taiwan, 2017). Les membres du jury ont déclaré que « le film est le portrait intense et réussi des défis de l'amitié, de la cohésion, de la communauté, de la comparaison, de l'ambition, de la médiocrité et des talents de deux jeunes femmes ».

La deuxième mention a été donnée à Caterpillarplasty (de David Barlow-Krelina, Canada), pour être « un portrait glamour, sombre, humide, à la fois fascinant et déroutant, d'une prétendue beauté ».

Le jury a également décerné un certificat à un film de la sélection de films pour enfants et jeunes, Carlotta's Face, de Frédéric Schuld et Valentin Riedl (Allemagne). Ce certificat sert de recommandation pour acquérir les droits de distribution non commerciaux par les sociétés de distribution de films d'église en Allemagne, Matthias Film (protestant) et Katholisches Filmwerk (kfw).

Le film raconte l'histoire de Carlotta, dont le monde est marqué par une limitation physique. Le jury a expliqué que « les images animées de ce court métrage illustrent avec charme l'histoire impressionnante d'une femme aveugle ; son chemin à travers l'école et la vie, tout en adoptant sa perspective sur le monde. La qualité magistrale de ce court métrage digne et impartial consiste à révéler l'impossibilité de cette perspective habilement animée et, en même temps, de la présenter de manière réussie sans la réduire par la simple pitié. » Le jury a ajouté « Le film est un bijou qui déconstruit l’importance du visage dans notre culture. »