Bruxelles, 18 octobre 2017 (RSF/IFJ/SIGNIS). La journaliste et blogueuse maltaise Daphne Caruana Galizia, à l’origine d’accusations de corruption qui avaient provoqué des élections anticipées à Malte en juin dernier, a été tuée lundi par une bombe placée sous sa voiture. « Aujourd’hui est une journée noire pour la démocratie, la liberté d’expression, et le journalisme maltais » explique Pauline Adès-Mével, responsable de la zone UE-Balkans de l’organisation Reporters Sans Frontières (RSF).

La journaliste de 53 ans, qui s’était spécialisée dans les affaires de corruption, avait notamment publié sur son blog "Running Commentary" de nombreux articles sur l’implication de proches du Premier ministre Joseph Muscat dans les Panama Papers.

Son blog était l’un des sites les plus lus à Malte, souvent plus que les journaux locaux, auxquels elle contribuait occasionnellement.

En février 2017, la fédération européenne des journalistes (FEJ) avait dénoncé le blocage de ses comptes en banque ainsi que la plainte en diffamation de la part du ministre de l’économie maltais, suite à l’un de ses articles.

En 2016, Politico l’a reconnue comme « l’une des 28 personnes qui élaborent, font trembler et remuent l’Europe », suite à son investigation dans le cadre des Panama Papers.

Daphne Caruana Galizia avait porté plainte il y a deux semaines auprès de la police après avoir reçu des menaces, selon les médias maltais qui se sont refusés à donner plus de précisions.

SIGNIS, depuis sa création, défend et supporte la liberté d’expression et les droits des journalistes dans le monde.