Bangui, 2 mars 2018 (RJDH) — Des journalistes centrafricains et de la RD Congo ont été récemment formés en « journalisme humanitaire » à Bangui. Le but de cette formation, à l’initiative de l’ONG Internationale Internews en Centrafrique, est d’exhorter ces professionnels des médias à divulguer beaucoup plus d’informations pour sauver des vies.

Cette formation en journalisme humanitaire s’inscrit dans le cadre du projet Connect, qui consiste à mettre en contact les réfugiés de la région avec les réalités quotidiennes de leur pays. Elle intervient dans un contexte où les évènements qui font perdre à l’homme sa dignité humaine sont encore à la Une en Centrafrique.

Jean Claude Ali Syhlas, coordonnateur de service Info Réfugiés à Internews, voit en cette formation un plus pour les journalistes dans la couverture des sujets humanitaires, « les journalistes ont tendance à mettre en avant le cas des morts, des dégâts matériels causés par une catastrophe où une crise. Or derrière cette crise il y’a des gens qui souffrent ; donc nous voulons à travers cette formation pousser les journalistes à mettre en avant la souffrance des personnes affectées pour sauver leurs vies d’abord à travers les informations », explique-t-il.

Pour les journalistes ayant participé à ladite formation, elle vient à point nommé, « cette formation me permet d’être plus professionnel et sensible à la souffrance des victimes pour les aider à trouver une réponse en collaboration avec les humanitaires afin de mieux identifier les besoins »,  reconnait Albert Mazi Zinto de Radio Marie Joseph de Libengué (RDCongo).

Plusieurs thèmes ont été débattus lors de cet atelier dont les principes humanitaires ou comment couvrir une épidémie. Le dernier jour a été consacré à la production de magazines sur les sujets liés aux déplacés et aux réfugiés retournés.