Malawi, 16 janvier 2018 (Andrew Kaufa). Bien que SIGNIS ait été créé en 2001 lors de la fusion de UNDA et de l’OCIC, son histoire au Malawi remonte à un mouvement de jeunes journalistes catholiques enthousiastes comme Felix Mponda, Francis Chikunkhuzeni et Richard Chide en 1991. Cette année-là, ces jeunes journalistes catholiques ont participé à une conférence organisée à Dar es Salaam en Tanzanie par l'Association internationale des jeunes journalistes.

Cette conférence de Dar es Salaam était plutôt providentielle, puisqu’en 1992 le Malawi a commencé à connaître un vent de changement social et politique après que les évêques catholiques aient écrit une lettre pastorale intitulée Living Our Faith. Cette lettre pastorale a condamné le gouvernement dictatorial, l'exhortant à laisser les Malawiens jouir de leurs droits humains tels que la liberté d'association et l'opinion politique. À cette époque, le Malawi avait besoin de journalistes courageux qui pourraient faciliter le soulèvement qui a abouti à la démocratisation du pays.

Suite à cette lettre, le père Piergiorgio Gamba, directeur de Montfort Media, a jugé nécessaire d'unir ces jeunes journalistes sous ce qu'on appelait « les journalistes catholiques du Malawi » (MACAJO, en anglais). Les évêques catholiques, par l'intermédiaire du secrétaire national aux communications de la Commission épiscopale du Malawi (ECM), ont approuvé l'association et ses activités. Malheureusement, alors que certains membres fondateurs ont commencé à mourir tandis que d'autres grandissaient en âge et en responsabilités, l'enthousiasme s'est estompé, et MACAJO a disparu. En 2008, des journalistes catholiques se sont approchés de la Conférence épiscopale pour demander l'autorisation de faire revivre MACAJO sous un nouveau nom, 'Association de journalistes catholiques’ (ACJ, en anglais). De toute évidence, les évêques ont soutenu l'Association, qui enregistre désormais près de 100 membres dans tout le pays.

SIGNIS au Malawi est soutenu par le bureau national de la commission épiscopale du Malawi, comprenant donc les 8 départements de communication sociale diocésains, 4 stations de radio catholiques (Radio Maria Malawi, Radio Alinafe, Radio Tigabane et Tuntufye FM), 2 maisons de presse (Montfort Media et Likuni Press) et 1 station de télévision (Luntha Television).

Les activités de SIGNIS

Actuellement, les activités principales de SIGNIS au Malawi concernent la formation de divers groupes tels que les séminaristes et les religieux/ses, le personnel des maisons de presse catholiques et les travailleurs pastoraux dans divers diocèses. Par exemple, en 2015 et 2016, le secrétaire diocésain des communications sociales de la Dedza a réuni des religieuses et des prêtres de tous les doyennés pour des ateliers sur l'éducation aux médias.

En 2015, par l'intermédiaire du département national des communications de l'ECM, tous les propriétaires de médias catholiques se sont réunis pour discuter de questions d'intérêt pastoral et national et pour planifier ensemble diverses activités, notamment la célébration de la journée mondiale des communications sociales. En outre, plusieurs ateliers ont été organisés au niveau national et diocésain, sur la façon dont les médias traditionnels peuvent tirer parti des nouveaux médias sociaux, en particulier Twitter, YouTube et Facebook.

C'est également grâce à SIGNIS que l'Association des journalistes catholiques est maintenant de retour à la vie. L’ECM a facilité un certain nombre de réunions dans divers diocèses, appelant tous les journalistes catholiques professionnels à se réunir au niveau diocésain et national. En 2016, ces efforts ont atteint leur apogée lorsque, pour la première fois en sept ans, une assemblée générale annuelle a été organisée.

Quel futur pour SIGNIS au Malawi ?

L'association prend maintenant la bonne direction en ce qu'elle devient de plus en plus une association de professionnels. Cependant, ce qui frappe c'est le fait qu'il s'agisse encore d'une association de « journalistes » plutôt que de « professionnels des médias de communication ». Il est probablement temps d'élargir la vision de SIGNIS en la rendant plus inclusive afin que tous les professionnels catholiques de la radio, du cinéma, de la télévision et des nouvelles technologies la rejoignent et deviennent membres de l'association. En outre, l'ACJ et les autres médias devraient envisager de devenir membres de sorte que le Malawi ait plus d'un membre de SIGNIS - chacun contribuant d'une manière unique à l'association.