Rome, 10 octobre 2017 (Radio Vatican). Le pape François a reçu, ce vendredi 6 octobre 2017, les quelque 140 participants au congrès mondial sur le thème « la dignité des mineurs dans le monde numérique » qui vient de s'achever à Rome. Une rencontre inédite, à l’initiative du Centre pour la protection des mineurs de l’Université pontificale grégorienne, qui a rassemblé pendant 4 jours des diplomates, des membres d’ONG, des policiers, des dirigeants de grandes entreprises du numérique et des responsables religieux. L’objectif était, à travers une approche interdisciplinaire, d’améliorer la réponse mondiale face aux abus dont les jeunes sont victimes sur Internet.

Au terme des travaux, une déclaration finale a été adoptée par les participants, elle a été présentée au Pape. Ce texte intitulé « Déclaration de Rome » lance « un appel à agir ». Ce problème souligne les participants « ne peut être résolu par une seule nation, une seule entreprise ou une seule religion. Il s’agit d’une question globale qui nécessite une plus grande conscientisation, et des actions de la part de tous les gouvernements, toutes les religions, toutes les entreprises et institutions ».

Face au développement très rapide des réseaux de pornographie et de prostitution, qui tendent des pièges aux 800 millions de mineurs utilisant internet dans le monde, le pape François appelle à ne pas se laisser dominer par la peur et par un sentiment d’impuissance, mais exige une mobilisation urgente de tous les acteurs de la protection de l’enfance.

S’appuyant notamment sur la Déclaration universelle des Droits de l’homme de 1948 et sur la Déclaration des droits de l’enfant de 1959, le Pape a rappelé qu’il faut travailler au niveau international pour des régimes juridiques toujours plus protecteurs pour les enfants, et mener ce combat « avec détermination et avec une vraie conviction en regardant avec tendresse tous les enfants qui viennent au monde, chaque jour et sous tous les cieux, qui ont besoin avant tout de respect, mais aussi d’attention et d’affection afin de pouvoir grandir dans toute la merveilleuse richesse de leurs potentialités. »

Face au développement de la culture numérique, fascinante et remplie de belles potentialités mais aussi porteuse de vrais risques, François juge nécessaire de développer une approche interdisciplinaire pour fixer les cadres d’une évolution législative qui puisse garantir « la protection de la dignité des jeunes, de leur saine croissance, de leur joie et de leur espérance ».

Plus de 800 millions de mineurs naviguent aujourd’hui sur Internet. « Nous devons avoir les yeux ouverts et ne pas nous cacher une vérité qui est désagréable et que nous voudrions ne pas voir », a martelé le Pape, qui a fait remarquer, dans une allusion au drame de la pédophilie dans l’Église, que « cacher la réalité des abus sexuels est une très grave erreur et une source de nombreux maux ».

Appelant toutefois à ne pas se « laisser dominer par la peur qui est toujours mauvaise conseillère », et au contraire à se battre pour « un progrès, plus sain, plus humain, plus social, plus intégral », comme il l’écrivait dans son encyclique Laudato Si’.

François appelle donc à une mobilisation urgente de tous les acteurs politiques et éducatifs, et assure de la disponibilité de l’Église catholique dans ce combat.

Le texte complet de la Déclaration de Rome est disponible ici (en anglais).